samedi 20 février 2010

ça fait chaud au coeur !


Hier, c'était mon dernier jour de travail dans mon service...

Souvenez-vous, j'avais eu faire un choix cornélien en décembre. Du moins, il me semblait difficile ce choix... Mais durant ces deux derniers mois, plus le temps passait, plus je me disais : "Mais pourquoi ai-je hésité ?" Car je suis maintenant entièrement convaincue d'avoir fait le bon choix.

Donc hier, c'était mon dernier jour, dans cette direction, cet immeuble, ce bureau...

J'ai terminé toutes les activités en cours pour laisser une situation propre à mes successeurs, que j'ai formés. J'ai envoyé le dernier reporting de mes activités.
J'ai vidé mon armoire et mon bureau. Jeté une tonne de paperasses pour ne remplir que 2 cartons qui me suivront sur mon nouveau site.
J'ai envoyé un e-mail à tout le service pour leur dire "au revoir" et leur donner les noms de ceux qui me remplacent.

C'est donc avec ce sentiment de devoir accompli et de grand vide autour de moi que j'attends ma collègue Edith pour aller déjeuner...
Elle arrive.
Je termine 2 3 petites choses sur mon ordinateur et je l'éteins.
Je lui demande "Tu veux déjeuner où ?"
Elle me répond "Où tu veux, mais avant, je voudrais te montrer une affiche dans mon bureau."
Je la suis...
Bizarrement, à son étage, elle me fait prendre la direction opposée à son bureau. "Tu as déménagé ?
- oui, on est en pleine réorg... "

C'est calme sur les plateaux. Normal, il est 12h40, c'est l'heure du repas...

Et là, je n'ai rien compris. C'est comme dans un rêve...
De l'autre côté de la cloison, une quarantaine de personnes est regroupée autour d'un buffet. Tiens ? Il y a un pot ?
Je regarde Edith, qui enlève son manteau...
Un ancien collègue manager est là et me tend un bouquet de fleur.

Tous sont là pour moi. Mes collègues, mes anciennes collègues devenues amies...
Ils m'ont organisé une petite fête pour mon départ... Je ne sais pas quoi dire, j'ai très chaud.
Non, je ne pleurerai pas !

C'était un complot bien organisé. Je n'ai rien vu venir. Pourtant, j'ai appris par la suite que beaucoup avaient fait des gaffes dans la semaine !
Edith et Delphine ont tout manigancé (elles se sont aussi bien amusées en préparant cette surprise). Elles se sont fait financer le pot par notre Directeur, qui est venu un peu plus tard pour me faire un gentil discours...
Elles ont aussi trouvé des complices pour faire de délicieux gâteaux...
C'est émouvant toute cette énergie déployée rien que pour moi.

"Tu ne crois pas qu'on allait te laisser partir comme ça, sans rien faire !" m'ont-elles dit.

Et je ne suis pas repartie les mains vides :


  • j'ai eu des bons d'achat pour du scrap (Delphine m'avait demandé : "j'ai une copine qui voudrait offrir des bons d'achat pour le scrap à sa belle-mère, tu connaîtrais un magasin dans Paris ?" J'ai donné le nom du magasin le plus réputé...) et des bons pour équiper ma maison de Corrèze.

  • Et deux bouquets de fleurs : un commun et un qu'une collègue m'a apporté dans la matinée, j'étais très touchée car on se cottoyait assez peu toutes les deux

  • Une carte pleine de genils mots doux

  • Et plein de mails en retour de celui que j'avais envoyé le matin, des messages de collègues avec qui je n'avais pas particulèrement d'affinités, d'autres qui m'étaient proches... ils disent qu'ils me regretteront...

Moi aussi, je regretterai cette ambiance conviviale et bon enfant qui régnait dans ce service !


Et ce moment d'amitié m'a vraiment fait chaud au coeur. Je le garderai précieusement dans ma "boîte à bisous"

mercredi 17 février 2010

L'enfant de tous les silences



1964. Une terrible tempête de neige paralyse le Kentucky. Le Dr David Henry n'a pas le choix : il doit accoucher lui-même sa jeune épouse, Norah. Vient d'abord un magnifique garçon, puis une petite fille... trisomique. En un instant, David, persuadé d'agir pour le mieux, va prendre une décision tragique : il confie la petite à Caroline, son infirmière, qui doit la mener dans une institution spécialisée.
A Norah, il annonce que le bébé n'a pas survécu. Mais Caroline choisit de sauver la petite et de l'élever comme sa propre fille... Des années plus tard, la vérité sur cet enfant de tous les silences ressurgit, et avec elle des conséquences dramatiques pour la famille déchirée...




Valérie m'a prêté ce livre que j'ai lu d'un trait ce week-end, entre deux comatages sur mon canapé...

C'est une très belle histoire, où on se dit : Mais comment fait-il, ce père, pour garder au fond de lui ce secret qui le ronge et anéantit son couple ? La peur du handicap, de l'inconnu. La volonté d'avoir une vie sans histoire, finalement donne l'effet inverse !

Evidemment, cela me ramène à ma propre histoire...
La naissance de Nicou, ce que cela a - et n'a pas - bouleversé au sein de notre couple, de notre famille...

Parfois je me demande : si nous avions su, et si nous avions eu le choix de le garder ou non (quand j'étais tout juste enceinte) qu'aurions-nous fait ?








Et je suis heureuse de ne pas avoir eu à faire ce choix !






dimanche 14 février 2010

Balotin = 1 / George = 0


Bon, que de la gueule, ce George... Il a dû recevoir un piano sur la tête, car la "What Else", je l'attends encore !


Mon Balotin, lui, il a pensé à moi pour la Saint Valentin... Il m'a offert mon deuxième parfum préféré (après "J'adore" de Dior) : "Very Irresistible". (Il avait fait le plein du J'adore en duty free lors de son dernier déplacement professionnel en avion... comme quoi, Saint Valentin ou pas, il pense à moi, mon Balotin !)


Parce que je le vaux bien : je suis véri irrésis-tibeule !


Surtout en ce moment, avec ma grippe gasto, ça fait deux jours que je comate sur le canapé... Pas très glamour.
Alors pour le petit restau, ça attendra...

mercredi 10 février 2010

George à Bollywood

Quand George écrit à Balotine, ça donne ça :

<a href="http://www.grapheine.com" title="agence">agence de creation publicitaire</a>

Merci du tuyau, Moushette !

Et quand l'hiver n'est pas fini dans nos contrées, ça donne ça :

video

Alors faut bien rigoler, faut rigoler, avant que l' ciel nous tombe sur la tête !

dimanche 7 février 2010

AVE Claire !



Hier soir, je suis allée voir Claire Guyot...





Son nom ne vous dit rien, pourtant vous connaissez certainement sa voix : elle double Teri Hatcher, la Susan des Desperate Housewives... Les enfants vous diront que c'est aussi la voix française d'Arielle, la petite Sirène de Walt Disney, ou d'une des 3 Totally Spies... Et il me semble l'entendre à la radio dans les pubs pour Canalsat.

Claire, je la connais, car elle a habité mon village, ses enfants ont fréquenté l'école de mes enfants (son fils est même venue à l'anniversaire de Lulu), et elle avait voulu me piquer ma nounou (mais les horaires des intermittents du spectacles, ce n'est pas très confortable pour une nounou !).

Mais Claire Guyot, est aussi une grande chanteuse...

Elle chante son propre répertoire, mais aussi celui d'un compositeur qui écrit pour elle.

Son style est comparable à celui de Lynda Lemay, l'accent québécois en moins.

Elle a aussi repris la chanson de Jean Ferrat Nuit et Brouillard ("Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent") de façon magistrale, suivi d'un Ave Maria à vous donner la larme à l'oeil. Je l'ai d'ailleurs retrouvé sur Youtube :




Après ce moment d'émotion, elle est passée à des chansons plus légères, et nous a parlé... Quand elle nous racontait ses petites histoires, on retrouvait la Susan des DH, et on s'attendait à ce qu'elle nous parle de Mike !

Non, elle n'est pas futile à l'image de la star hollywoodienne... C'est vraiment une grande dame !

jeudi 4 février 2010

Vente par correspondance



Pour meubler notre maison de corrèze, et dans l'objectif d'y dormir enfin en février, j'ai composé 2 belles commandes sur des sites de vente par correspondance...

En plus, je profitais des soldes.

ça n'a pas été sans mal...





D'abord parce qu'il fallait trouver les bonnes dimensions et/ou les bonnes couleurs dans les articles soldés... Parce que certains sites étaient lents... Parce que parfois, je me trompais...


J'ai dû passer près de 2 heures sur internet...





Ensuite, Balotin a fait des blocages. Non, les enfants n'ont pas à choisir leur lit ! Non, pas en 160 cm !





Enfin, après moultes discussions, compromis, ménageage de chèvres et de choux, je finalise mes commandes le dimanche 24 janvier...





Je paie en ligne et reçois bien des confirmations par mail.





Tout va bien.





Puis, petit à petit, le premier site m'envoie par courriel des avis de livraison... Et sur place, ma belle-mère (la pauvre) réceptionne soit dans la maison, soit à la poste.





Mais lundi, n'ayant pas de nouvelles du second site de vente par correspondance (appelons-le "Catalogues du Nord"). Je consulte le suivi de commande en ligne : je vois bien ma commande, mais rien n'indique dans quel état elle se trouve.





Je téléphone au service clientèle et après m'être dirigée moi-même à l'aide des touches de mon clavier vers le suivi des commandes, j'attends...





Une voix charmante sur de la musique zen m'indique qu'une conseillère va bientôt prendre mon appel.





3 minutes plus tard, j'ai toujours le combiné à l'oreille et écoute la voix charmante qui répète inlassablement la même chose.





5 minutes plus tard, je mets le haut parleur tout bas pour ne pas déranger mes collègues et reprends mon boulot en attendant la charmante conseillère...





10 mn passent...





puis 15





Puis ma collègue vient me chercher pour aller déjeuner. Comme je sais que son mari travaille dans cette société, je râle : " Je ne suis pas satisfaite de Catalogues du Nord" !





Elle ne fait ni une ni deux, et appelle son mari. Elle voit le chrono de mon téléphone se dérouler et lui dit : "Balotine attend qu'on prenne son appel depuis 17 minutes et 35 secondes, 36, 37, 38..."





Elle donne mes coordonnées à son mari, qui prend la situation en main.





En début d'après-midi, une charmante conseillère appelée Delphine m'appelle. Ma commande est bloquée car il y a eu une erreur dans la saisie du code carte bleue et comme je l'ai passée un dimanche, il n'y a pas eu de contrôle immédiat pour m'informer de la boulette...


Mais ils m'ont envoyé un courrier... en Corrèze ! De plus, certains articles ne sont plus disponibles...





Tout ça pour vous dire que tout est bien qui finit bien, grâce à Super-Mari de Catalogues du Nord, car comme promis, Delphine me rappelle le lendemain : elle a trouvé des articles disponibles de qualité supérieure et me les fait au prix de ceux commandés, et, tenez-vous bien...


j'ai droit à 15% sur toute la commande en dédommagement !





Il ne reste plus qu'à espérer que tout arrivera à temps !

En attendant, vous pouvez aller voir le blog de la maison. Pour le coup, c'est un vrai catalogue... de meubles de salle de bain !

mercredi 3 février 2010

Higelin : humble et déjanté !


Samedi soir, dans ma banlieue, nous sommes allés voir Jacques Higelin en concert.

Oui, on s'est abonnés à 3 spectacles en septembre, cela permet d'avoir des prix (rien à voir avec des sorties à Paris), mais surtout d'avoir une place assurée car dès qu'ils affichent le passage d'une célébrité dans les rues de la ville, ils ajoutent systématiquement COMPLET en travers de la photo de l'artiste !

On a pu voir un concert de blues en novembre, on ira voir Anne Roumanof en mai, et ce samedi, c'était Jacques...


Jacques Higelin, je connais peu. Seulement le répertoire de ces dernières années, comme "Tombé du ciel"...

Alors, on a découvert sa musique.

Tantôt assis au piano, tantôt assis sur le piano, tantôt à la guitare... Du romantique aux guitares électriques à donf...
J'ai quand même reconnu "Champagne", "Amoureux", "Pars"... Et d'autres chansons m'ont dit quelque chose...


C'est un personnage très sympathique. Il s'est rappelé avoir joué dans notre patelin (en 1972) dans le film "Elle court elle court la banlieue" avec Marthe Keller. Et, loin de dénigrer notre banlieue, il nous a fait part de son choix de vivre à Pantin, où les gens lui ressemblent plus que "dans le 16ème".


Très généreux, son concert a duré plus de 2h et demie. A la fin, il s'est excusé, trouvant que son spectacle n'était pas très au point et alors qu'il savait les paroles par coeur sous sa douche, devant nous, il avait tout oublié.

On ne s'en est pas rendu compte...


Sur wikipedia j'ai appris qu'il allait avoir 70 ans. Eh bien avec son épaisse mèche argentée, sa pêche, sa voix cassée inchangée et sa résistance, on ne dirait pas !
On a passé un très bon moment.


Seule petite déception : il n'a pas chanté "Tombé du ciel" ni "Poil dans la main"

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails